Un bidule préparé de mains de maitres

En septembre dernier, mon bidule a subitement décidé de mettre fin à ses jours, en abandonnant une aile en plein vol. Il faut avouer qu’avec une seule aile, ça vole beaucoup moins bien … Avais-je viens serré la vis de maintien ? S’était-elle desserrée avec les vibrations ? Nous ne le saurons jamais, car je n’ai pas retrouvé l’aile fugueuse. Ne souhaitant pas rester sur un échec, j’envisageais déjà le prochain bidule plus sécurisé sur le plan du raccordement aile-fuselage.

C’est alors que mes amis du club Gérard et Alain me proposèrent de monter mon nouveau bidule, offre impossible à refuser, vous avouerez. Et il faut dire que ces deux là n’en sont pas à leur premier montage de bidule, ils commencent à être rodés et je dirais même qu’ils sont devenus des experts, au point d’apporter au kit initial tout un tas d’améliorations qui rappellent la préparation que certaines écuries de compétition réalisent pour transformer une voiture de série en bête de rallye.

C’est dans le but de vous partager ces améliorations pleines de bon sens et d’ingéniosité que j’écris cet article, mais allons-y pour les photos, car c’est toujours plus parlant qu’un long discours.

Ici on aperçoit, sous la verrière, le système de déverrouillage (un bouton poussoir de chaque côté) et la prise de recharge des batteries de réception.

Sur cette vue, on distingue les colonnettes en acier, et peintes en noir !  Non seulement elles fournissent la bonne distance entre le moteur et la cloison pare-feu, mais elles portent également des « oreilles », sur lesquelles prennent appuie les barres de plomb nécessaire au centrage.

Les batteries de réception sont des LiIon 5200 mAh, connectés à un régulateur de tension, que l’on voit ici en bas de la photo. La charge des batteries se fait via un câble spécial intégrant le transformateur, qu’il faut juste brancher sur le secteur. Simple et pratique.

Autre vue du régulateur de tension. On distingue également le système de verrouillage de la verrière, en alu rouge.

C’est à l’arrière, juste devant le servo de crochet de remorquage, que se cache le récepteur, un Jeti R18. Juste à côté, on distingue le RC Switch, qui permet d’allumer l’alimentation de la réception à distance via l’émetteur. Autant vous dire que sur le terrain, c’est très pratique.

Le raccordement de tous ces éléments Jeti n’est pas hyper trivial, et avec Alain et Gégé, on a bien galéré pour rebrancher tout ça. Pour pouvoir s’en rappeler, et en faire profiter d’autres amateurs de Jeti, on en a fait un petit article ici : http://www.clubamcl.fr/pratique/raccordement-jeti-max-bec-2d-ex-et-rcswitch/

Toujours à l’arrière, un petit emplacement est aménagé pour la sonde GPS, installée bien à plat, comme le préconise la notice.

Sur l’emplanture de l’aile, de gauche à droite, on distingue :

  • la vis de serrage de l’aile, améliorée façon Gégé, avec une petite manivelle qui permet de visser ça d’un doigt,
  • la prise rapide de raccordement des servos, très pratique et bien sécurisée, car avec un système de verrouillage intégré
  • un nouveau système inventé par Gégé, et qui permet de verrouiller l’aile une fois en place, avec une goupille dans le fuselage. C’est simple, efficace, et c’est une évolution que tout possesseur de bidule devrait réaliser, pour la survie de son modèle.

Et voilà le résultat, une fois l’aile montée. La goupille est sécurisée par un fil nylon attaché à l’intérieur du fuselage, pour ne pas la perdre. Quand je vous dit que c’est bien pensé, j’exagère pas, non ?

Vous trouverez d’ailleurs les détails techniques de ce système génial ici : http://www.clubamcl.fr/techniques/ne-pas-perdre-une-aile-de-bidule-58/

Tout est bien rangé à l’intérieur, les câbles regroupés et attachés, rien à dire c’est propre.

Le réservoir est bien calé, les servos de gaz et starter installés au plus près de guignols de commande, je dois dire que j’aurais pas fait mieux. Notez le soin apporté à l’agencement des différents éléments.

Ici on voit en haut de la photo la batterie d’allumage, bien calé en dessous, le kill switch, immobilisé par une cale vissée qui sert également pour le réservoir. C’est pas beau ça ? Tout en bas, on distingue le nouveau système de sauve servo que Topmodel a eu la bonne idée de rajouter à son kit de bidule. Il était temps, car le servo de train avant était beaucoup trop sollicité, surtout depuis le nouveau design façon roulette de caddy.

Le baquet de verrière, très souple, pour ne pas dire mou, a été savamment renforcé avec des joncs de carbone, ce qui lui procure une résistance suffisante pour supporter les nombreuses manipulations que la verrière ne manquera pas de subir.

Les tourillons en pins étaient absents du kit. Mais c’est pas grave, Gégé a plus d’un tour dans sans sac, enfin dans son atelier, et voilà que deux pièces sont réalisées en alu. Encore une fois, c’est propre et efficace.

Là c’est la cerise sur la macdo … Les led d’allumage et de kill switch, parfaitement intégrées dans le fuselage avec une pièce en alu réalisée sur mesure … La grande classe.

Bon, vous l’aurez compris, Alain et Gégé se sont lâchés, ils m’ont fait un montage à rendre jaloux tous les possesseurs de bidule. Maintenant, c’est à moi d’être à la hauteur et de faire durer cet engin, d’en prendre soin, car ils le méritent !

Je remercie Alain et Gégé pour ces heures passées à faire ce travail remarquable, avec mention spéciale pour Gégé pour toutes les pièces tournées et fraisées pour un résultat que vous aurez pu apprécier à travers ces quelques photos.

By | 2017-05-15T17:59:52+00:00 février 12th, 2017|Avion, Pratique, Présentations, Remorquage, Techniques, Trucs et astuces|1 Comment

One Comment

  1. Stéphane 06/03/2017 at 17:46 - Reply

    Super article, merci Hervé

Leave A Comment

Catégories

Étiquettes